dernières commandes

  •  
    Sweden, Anna Ã.
  •  
    Portugal, marisa P.
  •  
    Portugal, Paulo C.
  •  
    Greece, ΓΙΩΡΓΟΣ Î.
  •  
    Greece, Pentidis P.
  •  
    Portugal, Nuno R.
  •  
    Greece, mixalis T.
  •  
    Portugal, Rui S.
  •  
    France, larbi Y.
  •  
    France, Juliano B.
  •  
    Portugal, Ricardo Miguel Camarão S.
  •  
    Serbia, Marko K.
  •  
    Portugal, Antonia L.
  •  
    Italy, Ilaria G.
  •  
    United States, sefik Z.
  •  
    Greece, Angeliki K.
  •  
    Greece, Angelos F.
  •  
    France, michel C.
  •  
    Italy, Andrea G.
  •  
    Germany, Marion K.

Graines de L'Ailante

Graines de L'Ailante (Ailanthus altissima)
  20 graines par sachet.  
L'Ailante glanduleux, Ailante ou Faux vernis du Japon ou Vernis de Chine (Ailanthus altissima) est un arbre à feuilles caduques de la famille des Simaroubaceae. Il est natif à la fois du nord-est et du centre de la Chine et de Taïwan. Il est présent davantage dans la forêt tempérée que dans la forêt subtropicale 

Plus de détails

55 pièces disponibles

Exclusivité web

1,00 €

Ajouter à ma liste

Programme de fidélisation Aucun point de fidélité pour ce produit.


Graines de L'Ailante (Ailanthus altissima)
  20 graines par sachet.  
L'Ailante glanduleux, Ailante ou Faux vernis du Japon ou Vernis de Chine (Ailanthus altissima) est un arbre à feuilles caduques de la famille des Simaroubaceae. Il est natif à la fois du nord-est et du centre de la Chine et de Taïwan. Il est présent davantage dans la forêt tempérée que dans la forêt subtropicale d’Extrême-Orient. L'arbre pousse vite et est capable d'atteindre des hauteurs de 15 mètres en 25 ans. Cependant, l'espèce a également une durée de vie courte et vit rarement plus de 50 ans. Il est parfois appelé Vernis du Japon1, nom qu'il dispute à Toxicodendron vernicifluum2. Histoire En Chine, l'arbre a une longue et riche histoire. Il est mentionné dans le plus ancien dictionnaire chinois existant et énuméré dans d'innombrables textes médicaux chinois pour sa capacité présumée à traiter des maux allant de la maladie mentale à la calvitie. Les racines, les feuilles et l'écorce sont encore utilisées aujourd'hui dans la médecine chinoise traditionnelle, principalement comme astringent. L'arbre était cultivé intensivement en Chine et à l'étranger comme plante hôte pour le Bombyx de l'ailante, un papillon de nuit utilisé pour la production de soie. Il a été introduit de Chine en Europe par Chéron d'Incarville dans les années 1740 et aux États-Unis en 1784. Il fut l'un des premiers arbres importés en Occident à une époque où les chinoiseries dominaient les arts européens et a d'abord été considéré comme un sujet magnifique pour les jardins. Toutefois, l'enthousiasme a vite diminué lorsque les jardiniers se sont familiarisés avec ses tendance à donner des drageons et son odeur nauséabonde. Malgré cela, il a été largement utilisé comme un arbre de rue pendant une bonne partie du xixe siècle. En dehors de l'Europe et les États-Unis, l'espèce a été mise en place dans de nombreuses autres régions au-delà de son aire d'origine. Espèce invasive Dans certains pays, l'ailante est devenu une espèce invasive en raison de sa capacité à coloniser rapidement des zones perturbées et à entraver la croissance et la régénération des espèces indigènes par effets allélopathiques.Il est considéré parmi les plantes les plus nuisibles en Australie, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et dans plusieurs pays d'Europe méridionale et orientale. L'arbre repousse aussi vigoureusement quand on le coupe, ce qui rend son élimination difficile et longue. De plus, il produit de nombreuses graines (300 000 par pied et par an[réf. nécessaire]). Dans de nombreuses régions, il a acquis le surnom ironique de frêne puant3. Une étude française de 20114 laisse penser que la strate herbacée du sous-bois est « nettement plus pauvre et composée d’espèces plus banales sous A. altissima que sous les autres espèces d’arbres et que la composition floristique est sensiblement différente4. En outre, la densité de drageons d’A. altissima dans les aires d’inventaires est significativement négativement corrélée avec la richesse floristique ». Les impacts croisés de la compétition interspécifique et les propriétés allélopathiques d’A. altissima pourraient expliquer ce double phénomène. A. altissima est donc bien une menace pour la biodiversité de la forêt de Fontainebleau et peut-être d'autres forêts urbaines ou péri-urbaines4. En 2010 pour l'Europe occidentale, il est présent notamment en Grande-Bretagne, Belgique, France (forêt de Fontainebleau, Marquenterre, côtes méditerranéennes notamment5) et Allemagne. L'Ailante, malgré ses nombreux défauts (odeur désagréable de son feuillage froissé, bois cassant sans valeur, fort pouvoir allergisant de sa sève et un miel fabriqué à partir de son nectar qui sent l’urine de chat), est ainsi devenu un élément du paysage arboré européen et une partie de la culture occidentale et, l'arbre constitue la métaphore et l'objet central du best-seller américain A Tree Grows in Brooklyn de Betty Smith. Description A. altissima est un arbre de taille moyenne qui atteint une hauteur comprise entre 17 et 27 mètres avec un diamètre à hauteur de poitrine d'environ 1 mètre6. L'écorce est lisse, gris clair, devenant souvent un peu plus rêche avec les fissures de couleur ocre pâle lorsque l'arbre vieillit. Les rameaux, robustes, lisses à légèrement pubescents, sont rougeâtres ou marron. Ils portent des lenticelles ainsi que des cicatrices foliaires (cicatrice laissée sur le rameau après la chute d'une feuille) en forme de cœur. Les bourgeons sont finement pubescents, en forme de dôme, et partiellement cachés derrière le pétiole, mais ils sont bien visibles pendant la période de dormance au dessus des cicatrices foliaires7. Les branches sont gris pâle à gris foncé, lisses, brillantes et portent des lenticelles boursouflées qui se transforment en fissures avec l'âge. Les extrémités des branches sont pendantes. Toutes les parties de la plante dégagent une odeur forte qui est souvent comparée à celle d'arachides ou de noix de cajou pourries8. Les feuilles sont caduques, grandes, opposées, pennées, imparifoliées, d'odeur désagréable au froissement1. Elles mesurent de 30 à 90 cm de longueur et portent de 11 à 41 folioles disposés par paires, les plus grandes feuilles se trouvant sur les jeunes pousses les plus vigoureuses. Le pétiole est vert clair à rougeâtre avec une base renflée. Les folioles sont lancéolés, à bords lisses, un peu asymétriques et parfois ne sont pas directement en face les uns des autres. Ils mesurent de 5 à 18 cm de long et 2,5 à 5 cm de large. Ils ont une extrémité effilée tandis que la base porte de deux à quatre dents, chacune d'entre elle ayant une ou plusieurs glandes à son extrémité7. La face supérieure est vert foncé vec des nervures plus claires, tandis que la face inférieure est d'un vert plus blanchâtre. Les pétioles font de 5 à 12 mm de long8. Les lobes des bases et les glandes le distinguent des certaines espèces assez similaires desumacs.
Les fleurs sont petites et groupées en grands panicules pouvant atteindre jusqu'à 50 cm de longueur situés à l'extrémité des nouvelles pousses. Les fleurs sont d'un vert jaunâtre à rougeâtre, chacune ayant cinq pétales etsépales6,8. Les sépales sont en forme de coupe, lobés et soudés tandis que les pétales sont jointifs (leurs bords se touchent sans se chevaucher), blancs et velus à l'intérieur7,9,10. Elles apparaissent de la mi-avril dans le sud de son aire de répartition jusqu'en juillet dans le Nord. A. altissima est le plus souvent un arbre dioïque1, les fleurs mâles et femelles étant portées par des arbres différents. Les arbres mâles produisent trois à quatre fois plus de fleurs que les femelles, ce qui les rend plus attractifss. Mais les plants mâles émettent une odeur nauséabonde plus forte lorsqu'ils sont en fleurs, ce pour attirer les insectes pollinisateurs. Les fleurs femelles possèdent dix (ou plus rarement cinq) étamines stériles (staminodes) à anthères en forme de cœur. Le pistil est composé de cinq carpelles libres (c'est-à-dire qu'ils ne sont pas fusionnés), contenant chacune un seul ovule. Leurs styles sont unis et minces avec des stigmates en forme d'étoile7,9. Les fleurs mâles sont semblables en apparence, mais elles ont perdu leur pistil et les étamines sont fonctionnelles, chacune d'entre elles étant surmontée d'une anthère globuleuse et d'un disque vert porteur de glandes7. Les graines ovoïdes, portées par les arbres femelles, font 5 mm de diamètre et sont encapsulées individuellement dans une samare qui fait 2,5 cm de long et 1 cm de large, brune ou rougeâtre, bien visible en juillet août et persistant le plus souvent sur l'arbre jusqu'au printemps suivant. La samare est tordue à l'extrémité ce qui en fait une vrille lorsqu'elle tombe ce qui aide à sa dispersion par le vent6,8. Les arbres femelles peuvent produire d'énormes quantités de graines, normalement environ 30 000 par kilogramme d'arbre6. Taxonomie Les premières descriptions scientifiques de l'Ailante glanduleux ont été faites peu de temps après son introduction en Europe par le jésuite français Pierre Nicolas d'Incarville. D'Incarville avait envoyé des graines depuis Pékin via la Sibérie à son ami botaniste Bernard de Jussieu dans les années 1740. d'Incarville pensait que les graines envoyées provenaient d'une espèce d'arbre importante économiquement et à l'allure similaire, Toxicodendron vernicifluum, qu'il avait pu observer dans la région du bas Yangzi, plutôt qu'à l'Ailante glanduleux. D'Incarville avait joint une note en ce sens ce qui a causé beaucoup de confusion taxonomique au cours des décennies suivantes. En 1751, Jussieu a planté quelques-unes de ces graines en France et en a envoyé d'autres àPhilip Miller, le directeur général du Chelsea Physic Garden, et à Philip C. Webb, le propriétaire d'un jardin de plantes exotiques à Busbridge, en Angleterre7. La confusion dans la dénomination a commencé quand l'arbre a été décrit par les trois hommes avec trois noms différents. À Paris, Linné lui a donné le nom de Rhus succedanea, alors qu'il était appelé communément « grand vernis du Japon ». À Londres, Miller a appelé ses spécimens Toxicodendron altissima et à Busbridge on a utilisé un ancien système de classification et choisiRhus Sinese foliis alatis. Des documents, remontant à partir des années 1750, montrent les différends sur le nom approprié entre Philip Miller et John Ellis, conservateur du jardin de Webb à Busbridge. Avant que la question ne soit réglée, d'autres noms sont vite apparus pour la plante: ainsi Jakob Friedrich Ehrhart observa un spécimen à Utrecht en 1782 et lui donna le nom de Rhus cacodendron7. La lumière fut faite sur le statut taxonomique d'Ailanthus en 1788 lorsque René Desfontaines observa les samares des spécimens de Paris qui étaient encore marqués Rhus succedanea et en vint à la conclusion que le plant n'était pas un sumac. Il publia un article avec une description illustrée et lui donna le nom de Ailanthus glandulosa, le plaçant dans le même genre que les espèces tropicales alors connues sous le nom d’A. integrifolia (maintenant A. triphysa). Le nom est dérivé du mot de la langue de l'île d'Ambon Ailanto qui signifie « arbre qui monte vers le ciel »7,11. Le terme spécifique glandulosa faisant référence aux glandes présentes sur les feuilles, a persisté jusqu'en 1957 mais a finalement été invalidé par la suite par un homonyme7. Le nom actuel d'espèce provient de Walter T. Swingle employé de l’United States Department of Plant Industry. Il a décidé de transférer le nom d'espèce de Miller dans le genre de Desfontaines, créant ainsi le nom Ailanthus altissima qui a été accepté12. Altissima signifie en latin « le plus haut » et fait référence à la taille que l'arbre peut atteindre. La plante est parfois incorrectement citée avec l'épithète spécifique au masculin (glandulosus ou altissimus), ce qui est incorrect puisqu'en botanique, comme en latin classique, la plupart des noms d'arbres sont féminins.

Sowing Instructions

Propagation:

Seeds

Pretreat:

soak in water for 24  hours

Stratification:

4-6 Weeks in moist sowing mix at 2-5 ° C refrigerator

Sowing Time:

all year round

Sowing Depth:

6,3 mm - 1/4"

Sowing Mix:

Coir or sowing mix + sand or perlite

Germination temperature:

15-20 ° C

Location:

bright + keep constantly moist not wet

Germination Time:

until it germinates 

Watering:

Water regularly during the growing season

 


Copyright © 2012 Seeds Gallery - Saatgut Galerie - Galerija semena. All Rights Reserved.


Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

Brand:
Product: Graines de L'Ailante
Description: Graines de L'Ailante (Ailanthus altissima)   20 graines par sachet.   L'Ailante glanduleux, Ailante ou Faux vernis du Japon ou Vernis de Chine (Ailanthus altissima) est un arbre à feuilles caduques de la famille des Simaroubaceae. Il est natif à la fois du nord-est et du centre de la Chine et de Taïwan. Il est présent davantage dans la forêt tempérée que dans la forêt subtropicale 
Category: Home
Price at : 1.00 EUR
Availability: (55 items)
Product rating for Graines de L'Ailante: 5 / 5 (1 total votes, 1 total reviews)
Visit our Google+ profile

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Commander

AVIS SUR L'

Porucio sam te sjemenke i brzina isporuke do Banjaluke u vrlo kratkom roku. Sve extra, puno poz iz BL.

User Online

User Online: 24
Today Accessed: 4008
Total Accessed: 1038825
Your IP: 50.16.17.16